Thoqqua

Thoqqua
FP 2
  • Source : Bestiaire 2, p.267
  • PX 600
  • Extérieur (élémentaire, extraplanaire, Feu, Terre) de taille M, N
  • Init +1 ; Sens perception des vibrations 18 m (12 c), vision dans le noir 18 m (12 c) ; Perception +10
    Défense
  • CA 15, contact 11, pris au dépourvu 14 (Dex +1, naturelle +4)
  • pv 22 (3d10+6)
  • Réf +4, Vig +5, Vol +2
  • Capacités défensives corps en fusion ; Immunités feu, traits des élémentaires
  • Faiblesses vulnérabilité au froid
    Attaque
  • VD 9 m (6 c), creusement 6 m (4 c)
  • Corps à corps coup, +4 (1d6+1 plus combustion)
  • Attaques spéciales combustion (1d6, DD 13)
    Statistiques
  • For 13, Dex 13, Con 15, Int 6, Sag 12, Cha 10
  • BBA +3 ; BMO +4 ; DMD 15 (croc-en-jambe impossible)
  • Dons Aisance, Talent (Perception)
  • Compétences Acrobaties +7, Discrétion +7, Perception +10, Survie +7
  • Langues igné (incapable de parler)
    Écologie
  • Environnement terre ferme (plan du Feu)
  • Organisation sociale solitaire ou couple
  • Trésor aucun
    Pouvoirs spéciaux
  • Corps en fusion (Sur). Le corps d’un thoqqua est suffisamment chaud pour faire fondre la pierre. Les créatures qui frappent un thoqqua à l’aide d’une arme naturelle ou d’une attaque à mains nues subissent 1d6 points de dégâts de feu. Les créatures qui agrippent un thoqqua ou qui sont agrippées par un thoqqua subissent 3d6 points de dégâts de feu par round tant que l’étreinte persiste. Les créatures qui frappent un thoqqua à l’aide d’une arme manufacturée peuvent tenter un jet de Réflexes contre un DD de 13 afin d’éloigner l’arme assez rapidement du corps de la créature pour éviter que l’objet ne subisse 1d6 points de dégâts de feu (les dégâts infligés à une arme de cette manière ne sont pas divisés par deux comme c’est normalement le cas pour les dégâts infligés à des objets ; de plus, ils ignorent les 5 premiers points de solidité que l’arme possède). La plupart des armes en métal peuvent donc frapper un thoqqa sans risquer d’être vraiment endommagées, mais les armes en bois ont de grandes chances de brûler lorsqu’elles sont utilisées contre une de ces créatures. Le DD du jet de sauvegarde dépend de la Constitution.

L’épais corps serpentin de cette créature est protégé par de robustes plaques munies d’épines. Une aura de chaleur bien visible émane de ses écailles rouges comme la lave.

Les thoqquas sont des créatures acariâtres faites de feu et de plaques fumantes. Leur corps génère une chaleur incroyable qui leur permet de traverser et de faire fondre la plupart des matières, même la roche solide. Ces créatures originaires des vastes déserts de cendres et des champs de lave situés là où le plan du Feu et le plan de la Terre se rencontrent se nourrissent de minerais et de minéraux qui sont fondus et raffinés au sein de leur corps, ce dernier fonctionant comme une fournaise et produisant les plaques protectrices qui leur donnent un impressionnant bonus d’armure naturelle. En tant qu’Extérieurs, ces créatures n’ont pas besoin de manger pour survivre, mais les thoqquas « affamés » possèdent généralement un bonus d’armure naturelle inférieur à celui des thoqquas bien repus.

La partie avant du corps des thoqquas se rétrécit pour former un bec ressemblant à une corne bien droite qui luit et émet une chaleur torride. Comme il sort constamment de la vapeur et de la fumée de leurs articulations, les thoqquas ressemblent de loin à d’étranges créatures mécaniques faites de métal. Un thoqqua adulte mesure 1,50 mètres de long et pèse 100 kg. Vu leur tempérament colérique, il est dangereux d’entrer en contact avec les thoqquas. Ils attaquent sans réfléchir lorsqu’ils sont surpris ou contrariés. Par contre, si un thoaqqua ne chasse pas immédiatement les humanoïdes qui se trouvent sur son territoire, il en vient à considérer peu à peu cette communauté comme sa propriété et peut même la protéger.

Les méphites semblent comprendre la manière de penser des thoqquas et, de temps en temps, ils passent des marchés avec ces vers simples d’esprit. Selon les méphites, les ancêtres des thoqquas actuels, des créatures de la taille d’une montagne, auraient été les serviteurs des seigneurs élémentaires et auraient creusé les premiers volcans dans les mondes du plan Matériel à l’époque où ces royaumes étaient encore jeunes. Ces vers ancestraux se seraient ensuite retirés vers les noyaux des mondes où, encore aujourd’hui, leur chaleur réchaufferait les planètes. Les thoqquas qui vivent actuellement sur le plan Matériel se rassemblent souvent près des volcans, mais on ne sait pas si c’est parce qu’ils considèrent l’endroit comme un simple site nourricier riche en minerais ou comme un emplacement sacré.