Les classes


Le Manuel des joueurs de Pathfinder-Jdr propose 11 classes de base :



Le Manuel des joueurs Règles avancées de Pathfinder-JdR propose six classes supplémentaires :
Il propose également la classe modifiée d'antipaladin.

L'Art de la Magie propose une classe supplémentaire :
L'Art de la Guerre propose trois classes supplémentaires
Ultimate intrigue propose la classe de :
Ultimate wilderness propose une classe supplémentaire :
The world of vampire hunter propose une classe supplémentaire :

Nombre de héros empruntent une voie unique et choisissent de devenir un féroce guerrier, un prêtre dévoué ou un puissant magicien mais certains ont envie de prendre plusieurs chemins et ils ont du mal à trouver un équilibre parmi les aptitudes qu’offrent les différentes classes. Les classes hybrides sont là pour répondre à ce problème et mêler les caractéristiques de deux classes en leur ajoutant des règles pour qu’elles fonctionnent sans heurts.

Les classes mères

Chaque classe hybride est basée sur deux autres. Un personnage peut se multiclasser dans ces classes mères mais cela débouche souvent sur des pouvoirs redondants qui ne se cumulent pas, sauf indication contraire. Si une aptitude de classe demande au personnage de faire un choix unique pour le restant de sa vie (comme de choisir un lignage), il doit faire de même pour sa classe mère et sa classe hybride (en choisissant le même lignage, par exemple).

Les dix nouvelles classes du Manuel des classes avancées sont toutes des hybrides de deux classes pré-existantes issues du Manuel des Joueurs, du Manuel des Joueurs : règles avancées, de L’Art de la guerre et de L’Art de la magie.



Où sont les héros qui peuvent sauver le monde des menaces inexplicables de l’occulte ? Directement dans ce chapitre, qui décrit six nouvelles classes de base occultes ! Non seulement ces classes s’intègrent parfaitement aux parties dont les thèmes suggérés tout au long des pages de ce livre sont occultes, mais elles proposent également cette même variété de thèmes, de concepts et de styles de jeu auquel les autres classes de base du jeu de rôle Pathfinder vous ont habitué. Ces classes peuvent ainsi s’épanouir dans presque tous les types de campagne et d’ambiance, de l’enquête horrifique la plus noire à l’exploration enjouée et humoristique d’un donjon. Voici un rapide aperçu de certaines des caractéristiques les plus intéressantes et emblématiques de chaque classe.


Archétypes et variantes de classe

Comment utiliser les archétypes ?

Chaque classe de base de Pathfinder JdR se fonde sur une idée centrale, un concept initial qui représente l’idée que l’on se fait communément de cette classe et qui sert de squelette pour créer un grand nombre de typologies de personnages. Toutefois, ce « point de départ » a suffisamment de potentiel pour permettre d’innombrables interprétations et divers affinements. Par exemple, un membre de la classe de barde peut être un archéologue passionné, un bretteur téméraire ou un derviche à la grâce dangereuse. Chaque choix doit être représenté par certains éléments de background, des options de classe et des règles spécifiques comme les dons, qui permettent de reproduire au mieux le personnage que le joueur s’imagine et qui l’aident à accomplir des objectifs particuliers.

Certains concepts de personnages se rapprochent trop des classes déjà existantes pour que l’on en crée une nouvelle, mais ils sont suffisamment intéressants pour apparaître régulièrement dans les parties. C’est pour cette raison que Pathfinder JdR a créé les archétypes : des ensembles de modifications préétablis que l’on peut appliquer facilement à une classe pour la personnaliser.

Les options diffèrent en fonction des classes mais tous les archétypes sont faits pour tirer le meilleur parti de leur classe, pour imiter les pouvoirs et les talents des classiques du médiéval-fantastique et pour donner un peu plus de liberté aux joueurs qui veulent créer un personnage précis.

Aptitudes de classe alternatives

La plupart des options présentées dans les archétypes incluent un grand nombre d’aptitudes de classe alternatives. Lorsqu’un personnage opte pour une classe, il doit également choisir entre les aptitudes présentées dans la classe de base ou celles des archétypes. Chacune de ces nouvelles aptitudes remplace alors l’une de celles de la classe d’origine.

Par exemple, le coup élémentaire du moine des quatre vents remplace le coup étourdissant du moine présenté dans la classe de base de moine.

Le personnage doit prendre toutes les aptitudes de classe d’un archétype, ce qui lui interdira à jamais d’en sélectionner d’autres plus familières. Il ne perd cependant pas au change car elles sont d’égale puissance.

Toutes les autres aptitudes de classe figurant dans la classe de base et qui ne sont pas reprises par l'archétype restent inchangées. Un personnage peut les acquérir normalement lorsqu’il atteint le niveau approprié (sauf indication contraire). Choisir une aptitude de classe alternative ne revient pas à choisir celle qui lui a été substituée, même lorsqu’on réunit les prérequis nécessaires.

Un personnage peut sélectionner plusieurs archétypes et ainsi cumuler des aptitudes de classe alternatives supplémentaires, mais aucune d’entre elles ne peut remplacer ou modifier une aptitude de classe préexistante et en faire une nouvelle aptitude de classe alternative.

Par exemple, un paladin ne peut être à la fois un hospitalier et un fléau des morts-vivants car ces deux archétypes modifient l’aptitude Châtiment du mal et remplacent celle d’Aura de justice. Il pourra cependant être un fléau des morts-vivants et un guerrier de la lumière sainte puisqu’aucun des deux archétypes ne remplace ou modifie une même aptitude de classe.

Si un archétype remplace une aptitude de classe qui fait partie d’une série d’améliorations ou d’ajouts (comme l’entraînement aux armes du guerrier ou l’ennemi juré du rôdeur), la prochaine fois que le personnage devra améliorer cette aptitude de base, il apprendra l’aptitude du niveau le plus faible, celle qui a été remplacée dans l’archétype. En pratique, cela retarde l’acquisition de toutes les aptitudes de cette série jusqu’à ce que le personnage ait atteint un niveau qui lui permette de les améliorer. Par exemple, si un archétype remplace le bonus d’attaque sournoise du roublard de +2d6 au niveau 3, ce roublard ne verra pas son attaque sournoise passer de +1d6 à +3d6 au niveau 5, l’attaque passera simplement à +2d6, comme s’il venait de bénéficier de l’amélioration du niveau 3. Cet ajustement se poursuit à chaque niveau qui voit une amélioration de l’attaque sournoise, jusqu’au niveau 19 où le roublard passe à +9d6 au lieu du +10d6 du roublard ordinaire.

Adapter des personnages existants

Les joueurs dans ce cas doivent vérifier avec leur MJ si ces aptitudes de classe alternatives sont disponibles ou non dans son univers de jeu et si c’est le cas, s’ils ont la possibilité de recréer leurs personnages afin de les prendre en compte. Ces options sont équilibrées par rapport à celles présentées dans les classes de base.

Les joueurs choisissant de modifier leurs personnages ne devraient pas être avantagés par rapport aux autres membres de leur groupe. Tant que le MJ ne voit pas d’inconvénient à ajuster rétroactivement les spécificités d’un personnage, cela ne devrait pas bouleverser le cours des prochaines aventures.

Le passage au niveau supérieur entre deux scénarii reste le meilleur moment pour faire ces changements drastiques. Cependant, le joueur devra toujours le faire sous la tutelle de son MJ, qui voudra peut-être intégrer ces importants changements à sa campagne.

Le MJ peut faire quelques concessions pour ceux qui, lors de la création de leurs personnages, n’ont pas eu à leur disposition ces aptitudes de classe alternatives, mais les PJ doivent rester l’un des éléments les plus stables d’une campagne. Les modifier ou les recréer constamment peut se révéler problématique. Si le MJ souhaite s’adapter et permettre à des joueurs qui se lassent de leurs personnages de faire ces changements, le système d’aptitudes alternatives ne doit pas être détourné au profit de quelques-uns, qui feront et déferont leur créature selon l’option la plus favorable du moment. Refondre un personnage à la lumière de règles allégées ou nouvelles est de temps en temps acceptable, mais le MJ ne devrait pas avoir l’impression de se montrer inéquitable ou d’enfreindre les règles s’il refuse ces changements ou s’il n’autorise pas certaines options. S’il doit toujours aider ses joueurs pour ce qui est de la gestion de leurs personnages, lui seul sait au final ce qui convient le mieux à sa campagne.

Les archétypes de classe

Voici la liste de tous les archétypes présents sur le site. Les personnages peuvent en choisir plusieurs s’ils réunissent les conditions imposées.

Classes de base

Classes avancées

Classes hybrides

Classes occultes